Les Principes Généraux de Prévention (PGP) des risques

Publié

Les risques professionnels, on en parle beaucoup, notamment parce que l’employeur a une obligation de sécurité de résultat envers ses salariés : c’est-à-dire que dès lors qu’un accident du travail a eu lieu, l’employeur est responsable. Le meilleur allié contre ça, c’est donc la prévention. Zoom sur les Principes Généraux de Prévention (PGP) et sur leur application en entreprise.

 

La santé et la sécurité au travail, c’est l’affaire de tous. C’est la responsabilité de l’employeur, oui mais tout le monde est concerné : le salarié, les managers… Cela dépasse le cabinet du médecin du travail. L’employeur peut aujourd’hui trouver des réponses à ses questions sur la santé / sécurité au travail et sur les risques professionnels auprès d’interlocuteurs divers et variés en externe : Inspection du Travail, Médecin du travail, psychologue du travail, IPRP (Intervenant en Prévention des Risques Professionnels), mais aussi ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail). En interne, les délégués du personnel et/ou CHSCT peuvent aussi apporter des réponses et faire le lien entre la direction et les salariés sur ces questions.

 

Comme évoqué plus haut, nous sommes aujourd’hui dans une culture de l’anticipation. Les risques professionnels doivent être abordés et traités pour être supprimés, ou au moins diminués. Quand on parle de risques professionnels, cela va du risque de chute au risque de décès, en passant par les risques psycho-sociaux. L’entreprise peut s’appuyer sur les 9 Principes Généraux de Prévention (PGP) pour mettre en place une démarche de prévention des risques professionnels et donc mieux les appréhender. Ces PGP sont faciles à mettre en place. Ils sont résumés dans l’infographie que nous vous avons concoctée, ci-dessous.

 

ACT-UP Cabinet de recrutement, ressources humaines et formation

 

Les 3 premiers principes sont à appliquer dans leur ordre. Nous allons prendre un exemple pour ça : le risque de douleurs au dos suite au maintien de la position assise au travail, pour des employés de bureau.

 

ACT-UP recrutement, conseil RH, formationPrincipe 1 : Éviter les risques

Ce PGP prédomine, c’est-à-dire que face à un risque, c’est la première question que l’on doit se poser. Peut-on l’éviter ? Dans notre exemple, peut-on éviter que nos employés soient assis ? Non, par contre on peut éviter qu’ils soient assis toute la journée, en mettant en place des « bureaux debout » par exemple.

 

ACT-UP recrutement, conseil RH, formation Principe 2 : Évaluer les risques non évitables

Si on ne peut pas éviter les risques, il faut les évaluer. Quelles sont les conséquences de l’exposition à un risque ? Dans notre exemple, on ne va pas non plus faire travailler les employés debout toute la journée (cela engendrerait d’autres risques pas forcément moins dangereux…). Ils seront donc forcément assis à un moment. Concrètement, que risquent-ils ? Des douleurs au dos, mais quoi d’autre ? Il faut les évaluer le plus précisément possible.

 

ACT-UP recrutement, conseil RH, formation Principe 3 : Combattre les risques à la source

Ici, on va aller examiner ce qui cause le risque. Dans notre exemple, cela va être le fauteuil sur lequel est assis l’employé, mais aussi le bureau, le PC, et l’employé évidemment, qui joue un rôle. On va s’attaquer à ces éléments-là en priorité.

 

ACT-UP Cabinet de conseil en ressources humaines, recrutement, formation

 

Une fois que l’on a appliqué ces principes, on peut appliquer les 6 autres restants. Il n’y a pas d’ordre pour la suite, on les applique en simultané. Et on se réfère toujours aux trois premiers principes, qui sont la ligne directrice.

 

ACT-UP recrutement, conseil RH, formation Principe 4 : Adapter le travail à l’homme

Ce principe consiste à considérer que c’est au travail de s’adapter à l’homme, et non l’inverse. Dans notre exemple, est-ce qu’il est envisageable de ne plus travailler assis ? Un autre exemple plus parlant : s’il faut aller réparer une pièce sur un toit, est-ce qu’il est possible que la réparation se fasse au sol pour éviter le risque de chute ?

 

ACT-UP recrutement, conseil RH, formation Principe 5 : Tenir compte de l’évolution des techniques

Tous les PGP sont importants, mais celui-là est définitivement à retenir pour l’employeur. Il consiste à se placer dans un processus d’amélioration continue, et de sans cesse chercher et appliquer le meilleur moyen pour lutter contre les risques.

 

ACT-UP recrutement, conseil RH, formation Principe 6 : Substituer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas, ou moins

Face à un danger, si l’on ne peut pas le supprimer, il est essentiel de voir si l’on peut substituer ce qui cause le risque par quelque chose qui ne le cause pas (un bureau debout), ou par quelque chose qui le cause moins (un siège de bureau adapté ergonomiquement).

 

ACT-UP recrutement, conseil RH, formation Principe 7 : Planifier la prévention

Il est évident que l’on ne peut pas tout mettre en place tout de suite. L’acquisition d’une technologie nouvelle peut coûter de l’argent que l’entreprise n’a pour l’instant pas, ou bien la mise en place de certaines procédures peut aussi prendre du temps (formation, par exemple). La notion de temporalité est donc fondamentale, et l’employeur doit avoir un planning précis des actions mises en place et du calendrier qui en découle.

 

ACT-UP Cabinet de conseil enr essources humaines, recrutement, formation

 

ACT-UP recrutement, conseil RH, formation Principe 8 : La protection collective prime sur l’individuelle

On va chercher en premier lieu une protection pour tout le monde plutôt qu’une protection pour chacun. C’est-à-dire que les EPI (équipement individuels de protection) sont à mettre en place en dernier lieu s’il n’y a pas de possibilité collective.

 

ACT-UP recrutement, conseil RH, formation Principe 9 : Donner des instructions appropriées au travailleur

Il s’agit ici d’informer l’employé sur les risques encourus et sur les moyens utilisés pour lutter, et pour prévenir. Dans notre exemple, cela revient à expliquer au travailleur les risques à travailler assis toute la journée au bureau, et à lui donner les instructions appropriées pour qu’il puisse lutter contre ces risques. Il faut tenir compte de l’employé pour que les instructions soient bien comprises.

 

Ces PGP doivent devenir des actes de gestion courante dans l’entreprise, appliqués quotidiennement. C’est une façon de penser. Il faut aussi noter que dès qu’il y a un changement, il faut reprendre ces principes et les appliquer de nouveau. Car la prévention des risques reste la meilleur protection !

 

Si vous êtes ingénieur, manager ou simplement intéressé(e) par la santé et la sécurité au travail, le CNAM a proposé un cours en ligne gratuit et ouvert à tous (MOOC) sur la plateforme Fun-mooc. D’autres sessions seront proposées à nouveau alors allez y faire un tour régulièrement !

 

Encore plus d'articles

PARTAGER CE CONTENU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *